Doctorat : Comment retrouver un rythme de travail en période de pandémie

Cela fait maintenant près d’un an que nous sommes en pandémie et encore aujourd’hui, l’avenir semble très flou. Nous sommes entourés d’incertitude sur comment vont se passées les prochaines semaines et comment la pandémie va impacter nos recherches.

Dans mon cas, cela fait maintenant trois mois que je suis dans l’attente de savoir si je vais pouvoir aller ou non en Haïti pour mes travaux de recherches et cela a un impact sur mon travail, l’incertitude me déstabilise parfois et fait en sorte que mon postdoc, parfois, n’avance pas comme j’aimerai.

Afin de pallier à ce stress et à cette incertitude, depuis janvier, j’essaye de reprendre petit à petit la maitrise de mes semaines et un des moyens qui m’aident beaucoup est le fait de planifier mon travail à la journée. Avec cette façon de travailler et de réfléchir, je prends les journées les unes après les autres et ça me permet de beaucoup moins m’inquiéter sur mon avenir (pro et perso), mais aussi de retrouver un bien meilleur contrôle de mon travail.

J’aimerais donc prendre le temps cette semaine de partager avec vous mes quelques conseils pour retrouver une plus grande tranquillité d’esprit et retrouver petit à petit un rythme de travail et un plaisir à la recherche en réduisant votre champ d’attention à votre prochaine journée de travail.

 

Pourquoi prendre la journée comme horizon de travail

Cela peut paraître très minimaliste de ne se donner comme horizon de planification de votre travail qu’une seule journée. Malgré tout, le fait de ne se soucier que du lendemain a bien des avantages et j’aimerais ici vous en lister quelques-uns.

1) Vous avez un plus grand sentiment de contrôle sur votre travail

Le fait de planifier uniquement pour le lendemain vous permet de ne pas vous générer trop de stress en essayant de savoir comment la situation de la pandémie sera dans 3 à 6 mois, est-ce que vous serez capable de faire telle ou telle expérimentation, est-ce que vous pourrez aller rencontrer telle chercheur, etc.

Se concentrer unquement sur le lendemain vous permettra de garder un grand sentiment de contrôle, vous serez alors capable de connaitre vos options (est-ce que je peux aller au labo ? Est-ce que je peux aller à la BU emprunter des livres ?) et vous aurez pleinement le contrôle sur le choix de l’activité qui vous semble la plus prioritaire pour votre doctorat.

2) Vous pouvez définir très précisément les tâches que vous souhaitez accomplir

Je l’ai dit dans plusieurs articles et dans mon guide de productivité, je crois vraiment au fait de préparer son travail en se créant des todo listes et en partitionnant vos journées en plusieurs tâches très bien définies.

En utilisant cette technique, le fait de se concentrer sur le lendemain vous permet d’avoir une idée très claire des tâches qu’il vous reste à faire dans telle ou telle partie de votre projet de recherche et donc de déterminer très précisément les tâches que vous devez faire le lendemain.

Le fait de définir ces tâches très précisément permettra aussi à votre cerveau d’avoir une idée claire de ce qu’il a à faire, de pouvoir imaginer un plan d’action pour accomplir cette tâche et ainsi, vous serez beaucoup moins sujet à la procrastination.

3) Vous avez un feedback régulier sur votre travail

Le fait d’avoir des tâches très claires et de vous focuser sur la prochaine journée vous permet aussi de vous faire, chaque soir, un petit feedback de votre journée. Cela peut être vis-à-vis de votre travail (j’ai fini tout ce que je voulais faire ? Mes hypothèses de recherche doivent être modifies ?), mais aussi sur vous-même (comment je me suis senti ? Je travaille mieux le matin ou l’après-midi ?).

Le fait d’avoir ce feedback régulier vous permettra de vous sentir avancer un petit peu chaque jour et de créer une belle dynamique de travail vous permettant d’atteindre rapidement vos objectifs de recherche. Cela vous permettra aussi d’apporter quotidiennement des petites touches d’améliorations aussi bien à votre travail en modifiant telle ou telle hypothèse de recherche, qu’à votre façon de travailler en choisissant par exemple de travailler plus tôt le matin, car vous arrivez mieux à vous concentrer.

Comment mettre en place une bonne journée de travail 

Maintenant que vous connaissez les bienfaits de la planification quotidienne, j’aimerais vous présenter les 3 étapes qui m’ont aidé à mettre en place ce rythme de travail.

1) Définir le quoi

Comme je l’ai dit un peu plus haut, j’aime beaucoup me faire des todo listes pour tous mes projets et je pense que savoir définir précisément les prochaines tâches à faire dans votre travail vous permettra de gagner beaucoup de temps lorsque vous serez à votre bureau.

Une première étape à mettre en place dans vos habitudes de travail quotidiennes est donc de prendre le temps de définir précisément ce que vous comptez faire le lendemain. En définissant ces tâches, prenez aussi le temps d’estimer le temps que chacune des tâches va vous prendre afin de ne pas vous retrouver avec des journées trop chargées et un sentiment d’échec si vous ne remplissez pas toutes vos tâches de la journée.

2) Définir le comment

Maintenant que vous savez ce que vous voulez faire le lendemain, prenez le temps de définir l’ordre dans lesquelles vous allez faire ces tâches. Vous pouvez alors vous dire que vous aller prendre la matinée pour faire le résumé de 20 articles que vous avez lus sur le thème A, pour ensuite, de 13h à 16h, repasser sur la mise en page des figures d’un papier que vous voulez bientôt soumettre et enfin, terminer la journée en lisant un papier sur un nouveau problème que vous souhaitez étudier.

Lorsque vous faites ce travail de planification, essayez de mettre les tâches les plus importantes en premières. Cela vous permettra d’avoir un grand sentiment de satisfaction du fait de voir une tâche importante déjà terminée à midi, mais aussi, cela vous permettra de vous sentir moins impacté par un évènement imprévu qui viendrait chambouler le planning de votre journée.

3) Prendre le temps de s’autoévaluer

Comme je le décrivais plus haut, le fait de se créer des habitudes de travail quotidiennes permet d’avoir un feedback constant sur votre façon de travailler, sur l’avancement de vos tâches et sur votre état d’esprit vis-à-vis de votre recherche.

Pour profiter pleinement de cela, il est donc très important que vous preniez le temps chaque soir de vous faire une petite auto-évaluation de votre journée en vous posant des questions telles que :

  • Est-ce que j’ai terminé toutes mes tâches prévues ? Sinon, pourquoi ?
  • Quelles seraient les meilleures tâches à planifier pour demain ?
  • Quels sont les moments de la journée où j’ai eu ma meilleure concentration ? Est-ce que je peux trouver un moyen d’atteindre plus souvent cette concentration ?
  • Quelles ont été les distractions de ma journée ? Comment je peux les réduire ?

Le fait de vous poser ces questions, vous permettra de prendre de la hauteur sur votre journée et de pouvoir chaque jour adapter un peu mieux votre planning de travail à votre fonctionnement afin d’avancer le plus effacement possible dans votre doctorat tout en réduisant votre stress.

Pour aller plus loin 

En réfléchissant à cet article, je me suis dit que ce serait intéressant d’essayer cette idée à plusieurs et donc la semaine dernière j’ai créé un petit groupe de travail dans lequel on essaye d’avoir cette approche quotidienne.

L’idée de ce groupe de travail est en deux parties. La première est le fait que nous avons un fichier Excel partagé et tous les jours, en fin de journée, on note comment notre journée s’est passée (Est-ce que j’ai avancé comme je le voulais ? Qu’est-ce qui m’a bloqué ?).

Ensuite, une fois par semaine, on s’organise à un appel de groupe durant lequel on discute de notre mood du moment, on partage sur notre semaine passée et on essaye de définir ensemble les prochaines tâches de chacun pour la semaine qui vient.

Le fait d’avoir ce groupe de travail permet de nous forcer à prendre le temps chaque jour de revenir sur notre journée, mais aussi crée un contact et des échanges enrichissants entre des personnes de différents domaines. Pour le moment nous ne sommes que 3, mais l’idée serait d’arriver à 10/12 personnes pour pouvoir avoir des échanges encore plus riches.

Si vous êtes intéressés par ce groupe de travail, envoyez-moi un mail reussirmondoctorat@gmail.com et je vous ajouterai !

Bonne semaine à tous et bon courage pour votre doctorat,

Florian

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *